COMMUNIQUE: le SSP demande des moyens pour déployer le Concept 360° et un plan pour l’égalité et contre le sexisme !

de: SSP-Enseignement

Alors que les conditions de travail dans les différents secteurs de l’école vaudoise continuent de se détériorer, le déploiement du Concept 360 provoque de sérieuses craintes des professionnel·le·s concerné·e·s, et notamment des enseignant·e·s. La suite de la grève des femmes doit trouver sa traduction dans une prise au sérieux de ces questions et une réponse aux nombreuses revendications déposées par le SSP.

Tandis que le DFJC a fait sa rentrée avec une communication bien huilée, le SSP constate, depuis de nombreuses années, les dégâts occasionnés dans notre école par des moyens insuffisants. Ce pilotage par les moyens et non par les besoins est une logique que le SSP rejette avec vigueur car elle détériore les conditions de travail du personnel et d’apprentissage des élèves. « Les retours du terrain sont unanimes : il est devenu très difficile d’enseigner », constate Cora Antonioli, enseignante et présidente du SSP-Enseignement. Le succès des différentes réformes en cours (Concept 360, éducation numérique,…) dépendra notamment de mesures pour lutter contre la pénibilité du travail des enseignant·e·s. Les solutions, notamment celles revendiquées par le SSP, ne manquent pas.

Le concept 360° vise à augmenter les chances de chacun·e d’accéder à une formation qui devrait faciliter une intégration réussie dans la vie citoyenne, sociale et professionnelle ; ceci en renforçant la capacité du système de formation à prendre en compte les besoins des élèves. Cet objectif, le SSP-Enseignement ne peut que le saluer. Mais le concept ne pourra trouver une concrétisation réussie que si sa mise en œuvre a été mûrement réfléchie et que des moyens adéquats sont mis à sa disposition. « En cas d’échec, ce sera l’ensemble des personnes concernées qui trinqueront », s’inquiète Cora Antonioli. Les nouvelles missions confiées aux établissements s’ajoutent aux difficultés actuelles et les moyens supplémentaires aujourd’hui débloqués pour le Concept 360 sont insuffisantset concentrés sur quelques établissements pilote. À ce rythme, le déploiement de cette réforme prendra plus de 10 ans. « Renforcer l’entrée à l’école et apporter une réponse aux enjeux socioéducatifs sont des avancées importantes du Concept 360 qui resteront lettres mortes si les moyens nécessaires ne sont pas débloqués ! » explique Julien Eggenberger, enseignant au secondaire I et président du SSP Vaud.

Garantir une formation de qualité passe aussi par la lutte contre le harcèlement et le sexisme et une réelle égalité entre les filles/femmes et les garçons/hommes. Notre étude montre que les enseignantes souffrent d’inégalités au niveau de leurs conditions de travail (contrats, tâches effectuées, perspectives de promotion) et sont également nombreuses, comme tant d’autres femmes, à subir, sur leur lieu de travail, des remarques sexistes. Certaines sont même victimes de harcèlement. « Le SSP-Enseignement a toujours condamné et continuera à condamner fermement tout comportement ou toute parole misogyne, sexiste ou discriminatoire à l’égard d’un·e professionnel·le de l’école ou d’un·e élève », rappelle Cora Antonioli. La volonté d’informer et d’outiller les établissements en particulier gymnasiaux pour gérer des situations de harcèlement sexuel,
annoncée par Cesla Amarelle, est une mesure nécessaire. Au-delà de cette mesure particulière, le SSP-Enseignement entend maintenir la pression afin qu’un plan ambitieux en faveur de l’égalité soit mis en place. Une première réponse à son cahier de revendications demandant des mesures concrètes tant pour les élèves que pour les enseignant·e·s.

Position du SSP sur le Concept 360 ici

Cahier de revendications égalité ici

Downloads
16.05.2019 Cahier de revendications SSP-Enseignement PDF (1,778 kB)
Downloads
14.07.2019 Concept 360 et RLPS: réponse à la consultation PDF (192 kB)
Cette News au format PDF