Revendications 2023 du groupe Enfance

Retrouvez ci-dessous les revendications du groupe Enfance du SSP Vaud en vue de la grève féministe du 14 juin 2023.

Photo: Valdemar Verissimo

Argent

Dans le secteur enfance, les salaires sont trop bas. Nous demandons une hausse généralisée des salaires pour tout le secteur enfance vaudois. Nous demandons un salaire mensuel minimum de 4'500 francs et de 5'000 francs à partir du CFC (revendications USS). Plus spécifiquement, nous demandons l’augmentation d’une classe salariale pour toutes les fonctions de l’enfance (personnel de nettoyage et logistique, auxiliaires, ASE, EDE). Dans le secteur de l’accueil familial, les salaires des accueillantes familiales doivent également être augmentés, ainsi que les frais liés à l’utilisation de leur domicile pour accueillir les enfants.

Augmenter les salaires, c’est possible !

En date du 15 juin 2022, le Conseil d’État a confirmé les changements de classe salariale pour les fonctions d’ASE, d’EDE et a créé une nouvelle fonction afin de colloquer le poste de directrice-eur des garderies. Cette décision survient à la suite des travaux de la commission de réévaluation des fonctions de l’État de Vaud, qui avait été saisie par le Conseil d’État lui-même pour réévaluer les fonctions citées plus haut. Ces décisions signifient qu’il y aura un passage de la classe 5 à la classe 6 pour les ASE, respectivement de la classe 7 à la classe 8 pour les EDE à l’atteinte de l’échelon 7 de leur classe d’entrée en fonction. Pour les nouveaux engagements, l’enclassement pourra se faire directement en classe 6 pour les ASE et en classe 8 pour les EDE si la fixation du salaire initial donne un échelon supérieur ou égal à 7 annuités

Temps

En 2023, le temps partiel reste féminin. Les chiffres stagnent depuis 10 ans. Le temps partiel a des effets négatifs sur les salaires et les rentes. C’est pourquoi, le SSP se bat pour une réduction générale du temps de travail sans perte de salaire: le 80% devient le plein temps (32 heures), pour les hommes et les femmes. Dans le secteur enfance, demandons également une meilleure considération du temps de travail hors présence des enfants. Ce temps doit être accordé en cohérence avec les projets pédagogiques (minimum 20% du temps).

Respect

En 2023, AVS 21 a été accepté et ceci a été une baffe pour les femmes, les rentes restent aujourd’hui trop basses et LPP 21 ne changera pas cela. Avec les SSP, nous nous battons pour des rentes qui assurent l’existence, sans augmentation de l’âge de la retraite. Au contraire, l’âge de la retraite doit être réduit.

Dans le secteur enfance, nous demandons que l’âge de départ à la retraite soit baissé à 60 ans en raison de la pénibilité et des exigences physiques et mentales inhérentes à notre travail. Afin de garantir de bonnes conditions de travail et un accueil de qualité pour les enfants accueillis, nous demandons également à travailler avec des groupes d’enfants plus petits. Nous demandons une baisse du nombre d’enfants par professionne.le.s dans les cadres de référence vaudois. Nous demandons également du respect sur notre lieu de travail à travers de bonnes conditions de travail, notamment lors du retour de congé maternité ou en cas de maladie.

Retrouvez notre argumentaire complet et de plus amples informations sur la grève dans notre cahier de revendications (PDF).

Cahier de revendications

Downloads
16.05.2023Cahier de revendications 2023 du groupe EnfancePDF (968 kB)