Grève au CHUV : une mobilisation remarquable !

Le 23 juin, les salarié.e.s du CHUV se sont mobilisé.e.s pour leurs droits et pour leurs patient.e.s. Le Conseil d’Etat répond à la mobilisation en ouvrant enfin des négociations !

Le mouvement qui a touché le CHUV le 23 juin est remarquable par sa nature et par le nombre de salarié.e.s mobilisé.e.s, d’une façon ou d’une autre, pour améliorer les conditions de travail. Faire la grève au pays de la paix du travail est déjà l’expression d’une détermination extraordinaire. La faire dans un hôpital est encore plus exceptionnel.

Beaucoup de secteurs de l’hôpital se sont mobilisés : médecine interne, pédiatrie, maternité, logistique, cardiologie, CTR, service technique... Les grévistes se sont annoncé.e.s de partout dans l’institution.

Le SSP salue et félicite chaque gréviste : il faut du courage pour rompre avec la paix du travail, pour faire face aux menaces de la hiérarchie et défendre des droits qui se réduisent dans un hôpital soumis à l’austérité permanente.

La Direction a essayé d'étouffer le mouvement en l'invisibilisant et en réduisant par tous les moyens le nombre de personnes comptées comme grévistes. De fait, elle tente de cacher la colère des salarié.e.s de l’hôpital alors que tous les indicateurs sont au rouge: des taux d’absence de plus de 30% dans certains services, des épuisements professionnels à la chaîne, etc.

«Les gens partent en arrêt épuisés, puis reviennent après quelques mois d’arrêt, leurs collègues tombent malades à leur tour, puis reviennent, etc., c’est un cycle infernal» témoignait une infirmière.

En médecine interne, il a fallu réquisitionner des grévistes pour assurer le service minimum. «Notre hiérarchie parle de service minimum mais c’est le même effectif que d’habitude car en fait, nous sommes toute l’année et chaque jour en service minimum. C’est bien pour cette raison que l’on se bat» expliquait une infirmière de médecine interne.

En fin de journée, les salarié.e.s de la santé parapublique vaudoise, la population solidaire et même des délégations venues de toute la Suisse pour soutenir le mouvement se sont joints aux grévistes. Près d'un millier de personnes a manifesté pour porter les revendications des personnels de santé et pour le renforcement du système de santé publique !

Enfin, la leçon majeure de cette journée est que la grève est bien l’action qui a permis d’ouvrir la porte du Conseil d’Etat, qui refusait, début juin encore, d’ouvrir des négociations. Une invitation est parvenue la veille de la journée de grève et de mobilisation aux organisations du personnel en vue de discussions qui doivent démarrer mardi 29 juin prochain.

Cette News au format PDF