Les conditions des travail à la STEP doivent être améliorées!

de: Maria Pedrosa, secrétaire syndicale

Cela fait plus de quatre ans que le personnel de la Station d'épuration (STEP) interpelle tour à tour la Municipalité, le Municipal en charge de l’usine et sa hiérarchie directe. En cause: la détérioration de leurs conditions de travail depuis le début du chantier à Vidy.

Le 29 juin 2018, une délégation du personnel accompagnée par le syndicat avait rencontré M. Hildbrand et une délégation de la direction de la STEP, ainsi que la Responsable des relations humaines (RRH) de Direction et la Cheffe de service du SPEL. Lors de cette séance, les travailleurs ont avancé deux revendications principales, visant à diminuer les inconvénients du chantier de la STEP. D'abord, que le personnel reçoive une compensation financière à la mesure de l’accroissement de la dureté des conditions de travail, durant toute la durée du chantier ainsi que durant la phase transitoire de mise en route de la nouvelle STEP. L’indemnité pour inconvénient de site est restée inchangée (100 francs par mois), alors que les salariés de l’usine travaillent au milieu d’un chantier - une situation qui durera jusqu’en 2025, au moins ! Deuxième revendication: qu’une réflexion soit menée sur une compensation en temps de repos supplémentaire, pour des questions de santé au travail, jusqu’à la fin du chantier.

Le chantier fait courir des dangers inacceptables aux travailleurs. Pire, les conditions de travail se dégradent de jour en jour. À titre d’exemples: la température, sur certains sites, est devenue insupportable (plus de 34° mesurés à 1h du matin; les produits utilisés sont de plus en plus nocifs pour la santé des ouvriers, et les arrêts maladie augmentent.

Non content de ne pas protéger les travailleurs, l’employeur a décidé de supprimer les indemnités liées au port du masque, niant l’utilité de ces protections sur le site de la STEP. Une attitude irresponsable et dangereuse.

Après avoir interpelé le syndic au sujet de cette situation, le 10 septembre dernier, et devant l’absence de réponse de ce dernier, les salariés de la STEP ont dénoncé la dégradation de leurs conditions de travail et l’inaction de la Municipalité lors d’un rassemblement devant le Conseil communal, le 19 novembre.

Pour les salariés de la STEP, la pénibilité de leur travail doit être reconnue par la Municipalité. Des mesures doivent être prises rapidement pour assurer leur santé sur le lieu de travail.

Ce rassemblement est une première étape. Les employés sont déterminés à utiliser toutes les mesures de lutte nécessaires pour faire aboutir leurs revendications.

Cette News au format PDF