Accueil des MNA : les éducateurs et éducatrices de l’EVAM ne céderont pas!

de: Groupe EVAM

Lundi 19 mars, en début d’après-midi, 40 éducateurs/-trices de l’EVAM, soutenu-e-s par le SSP – Région Vaud, ont tenu une assemblée générale militante devant le foyer pour Mineurs non accompagnés (MNA) du Chablais. Solidaire et déterminé, le personnel a voté un préavis de grève à l’unanimité.

TOUTES ET TOUS DANS LA RUE !

Les éducateurs et éducatrices des foyers MNA et l’ensemble du personnel de l’EVAM mobilisé pour défendre des conditions d’accueil dignes pour les MNA vous invitent à les rejoindre dans la rue pour prolonger la mobilisation qui se tiendra sur les lieux de travail :

MANIFESTATION EN FAVEUR DES CONDITIONS DACCUEIL DES MNA

Le mardi 24 avril à 17h30

Place du Château, Lausanne

Un programme détaillé de cette manifestation sera rapidement communiqué.


Dans une résolution adoptée à l’issue de l’assemblée, les salarié-e-s ont réaffirmé leurs doléances, leurs revendications et leur disponibilité à la lutte.

DROITS DES MINEURS BAFOUÉS. Ils y dénoncent les conditions d’accueil indignes qui sont celles des MNA dans les foyers de l’EVAM; l’insuffisance de moyens pour répondre aux besoins élémentaires des enfants; les renvois de mineurs en souffrance vers des structures pour adultes; l’indifférence de l’Etat face aux situations dramatiques vécues par ces enfants mal accueilli-e-s et insuffisamment accompagné-e-s ; le silence du Service de protection de la jeunesse (SPJ) et la ségrégation orchestrée par le Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC), entre l’ensemble des enfants accueillis sur le canton de Vaud et les MNA; le renvoi du dossier de la part du SPJ et du DFJC vers le Service de la population (SPOP), niant ainsi aux MNA leur statut d’enfant; l’absence de suivi ou de perspective qui attend ces jeunes lorsqu’ils arrivent à la majorité (18 ans), et le refus de prendre en compte leur avenir.

STOPPER LA FERMETURE. Les éducateurs/-trices s’opposent aussi à la décision des autorités de fermer un foyer MNA sur quatre. Une fermeture qui, selon eux, aurait des conséquences désastreuses pour les conditions de vie des enfants, mais aussi pour la santé des travailleurs/-euses. Et de dénoncer la procédure de licenciement en cours contre onze employé-e-s « fusibles », qui s’accompagne d’un « sinistre jeu de chaises musicales » au cours duquel des employé-e-s en CDD sont éjecté-e-s au profit de leurs collègues en CDI.

RÉPONDRE AUX BESOINS DES ENFANTS… Face à cette situation, l’assemblée a formulé une liste des revendications. Citons notamment: l’annulation immédiate de la décision de fermeture d’un foyer sur quatre; l’intégration des foyers MNA aux structures de la PSE et l’ harmonisation des conditions d’accueil, des moyens à disposition et des normes avec le reste de ces lieux; la mise sur pied de groupes de vie plus réduits, à taille humaine ainsi que d’ équipes plus importantes et plus complètes, au profil social adapté aux enfants; des moyens matériels et organisationnels adaptés et similaires aux structures de la Politique socio-éducative cantonale; une gestion à taille humaine du foyer, ainsi que l’arrêt immédiat des procédures administratives inutilement complexes et préjudiciables pour les jeunes; l’arrêt immédiat de tout renvoi d’enfants vers des structures pour adultes; un accompagnement à la majorité et l’élaboration de projet de vie dans la continuité pour offrir à ces futurs adultes des chances d’insertion sociale et professionnelle réussie.

… ET DU PERSONNEL. Au niveau des employé-e-s EVAM, l’assemblée revendique: la transformation de tous les CDD actuels – sauf ceux qui remplacent un congé maternité ou maladie – en CDI; l’arrêt immédiat de transferts forcés d’éducateurs/-trices MNA vers des postes déjà occupés; l’égalité de traitement entre employé-e-s de l’EVAM et une égalité des conditions de travail avec le secteur social parapublic vaudois.

Dans sa résolution, le personnel exige que ses positions soient enfin entendues par le SPJ, la DFJC et la direction de l’EVAM. Déterminé à poursuivre sa mobilisation, le personnel éducatif des foyers MNA et les éducateurs/-trices en milieux de formation, appellent « l’ensemble de leurs collègues à les rejoindre dans ce mouvement ».

UN MOIS, PUIS LA GRÈVE. Au cas où ces demandes ne seraient pas entendues, les salarié-e-s sont décidé-e-s à entamer un mouvement de grève, dans un délai d’un mois. Les grévistes et l’ensemble de leurs soutiens seront alors appelé-e-s à se rejoindre en cortège au siège du DFJC pour y déposer la résolution adoptée le 19 mars.

Le Conseil d’Etat et la direction de l’EVAM seront aussi invités à pallier personnellement à l’absence des éducateurs/-trices au sein des foyers au moment du goûter, histoire de « mieux appréhender la réalité du terrain »…

Downloads
19.03.2018 Résolution de l'AG du lundi 19 mars 2018 PDF (292 kB)
Cette News au format PDF