Une pétition à l'Hôpital intercantonal de la Broye (HIB)!

de: Vanessa Monney

Le personnel de l’Hôpital intercantonal de la Broye (HIB) a récolté près de 400 signatures pour la négociation de meilleurs conditions de travail !

En novembre 2013, le HIB est devenu un établissement de droit public. Malgré la revendication du personnel qui voulait que les conditions de travail soient celle de la Lpers vaudoise, une convention intercantonale oblige désormais l’établissement et les syndicats à réglementer les conditions de travail des salarié.e.s sous la forme d’une CCT de site.

Fin 2015, une assemblée générale du personnel du HIB a mandaté les syndicats SSP et Syna afin de négocier une CCT de site sur le modèle de celle négociée à l’Hôpital Riviera-Chablais (CCT Rennaz). Mais malgré plusieurs séances de discussion, la Direction et le Conseil d’Etablissement du HIB restent sourds aux revendications légitimes du personnel. Ils n’ont pour l’heure pas souhaité ouvrir de réelles négociations et font pression pour rejoindre la CCT Sanitaire parapublique vaudoise. Mais cette CCT n’est pour le moment pas ce que l’on peut obtenir de mieux en termes de conditions de travail. C’est une CCT générique pour tout le domaine des soins. Le Conseil d’Etablissement croit choisir une solution de facilité mais nous leur demandons de s’investir dans l’élaboration de bonnes conditions de travail pour le HIB.

Pour montrer la détermination du personnel, une assemblée générale du personnel du HIB en octobre 2016 a donc décidé à l’unanimité de lancer une pétition demandant une véritable ouverture des négociations sur le modèle de la CCT Rennaz. Les améliorations que permettrait cette CCT sont importantes. Elles touchent à de nombreux aspects des conditions de travail comme par exemple: meilleures grilles salariales, plannings transmis plus en avance permettant une meilleure conciliation entre vie familiale et professionnelle, meilleur congé maternité et parental, des pauses incluses dans le temps de travail, une augmentation des indemnités de nuit et un système de retraite anticipée.

La pétition a été un véritable succès puisque en quelques semaines près de 400 personnes (sur environ 700) ont signé la pétition. Les signatures ont été remises mi-décembre à la direction et au Conseil d’Etablissement par une délégation de la commission du personnel et des syndicats SSP et Syna.

Depuis, et contrairement à l’engagement pris lors de la remise de la pétition, le conseil d’Etablissement a unilatéralement écrit aux conseillers d’Etat vaudois et fribourgeois afin de trancher.

Pour le SSP, la situation est claire, soit le conseil d’Etablissement entre sérieusement en négociations avec le personnel et les syndicats pour une CCT de site, soit nous exigerons l’application de la Lpers fribourgeoise qui garantit les meilleures conditions de travail sur de nombreux points!