Ecole obligatoire

Le SSP-Enseignement s'engage pour défendre les conditions de travail des enseignant-e-s de l'école obligatoire. Il lutte et soutient ainsi les collègues sans relâche dans la mise en œuvre de la LEO, la diminution et la simplification des tâches administratives, l'amélioration du statut des doyen-ne-s ou des assistant-e-s à l'intégration.

Les revendications du SSP-Enseignement pour des simplifications administratives

Répartition de l'enseignement et horaires des enseignant-e-s

Nos revendications pour les cycles primaires


Statut des assistant-e-s à l'intégration

Le bout du tunnel

Dans la Lettre info 41, nous évoquions les négociations des statuts des assistant-e-s à l’intégration (anciens aides à l’intégration). La cheffe du DFJC nous a fait parvenir les grandes lignes d’un projet de statut qu’elle défendra auprès du Conseil d’Etat. S’il ne satisfait pas l’ensemble des revendications que nous avons avancées, il y a lieu de souligner les avancées de ce projet. Il prévoit notamment des dispositifs de mobilité rapide pour le passage d’une classe à une autre. De plus, il prend en compte la revendication d’un taux maximal de 20% de CDD dans la population concernée, ainsi que la limite de 10% de variations dans le taux d’emploi. Le SSP-Enseignement souhaite que ce projet puisse se transformer en règlement pour que les assistant- e-s à l’intégration puissent enfin être reconnu-e-s et stabilisé-e-s dans leur pratique professionnelle.


Le statut devrait entrer en vigueur à la prochaine rentrée. Il sera très important d’être bien conseillé-e lors de la bascule: syndiquez-vous!

Statuts des doyen–ne–s de l’école obligatoire: des avancées en vue

À la suite de la dernière séance de négociations des statuts des doyen-ne-s, les associations professionnelles et syndicales (AVDEO; SPV; SSP; SUD) ont fait parvenir une position commune au DFJC. Elle touche à la fois la question de l’indemnité décanale et celle du temps de travail. D’une part, il est proposé d’uniformiser l’indemnité de doyenne au niveau de la classe salariale 11, permettant ainsi de réduire la pénalité des doyen-ne-s généralistes, enclassé-e-s au niveau 9, et de revaloriser la fonction pour celles et ceux qui sont enclassé-e-s en 10. D’autre part, de nouvelles limites minimale et maximale à l’activité décanale sont demandées. Avec cette proposition le nombre minimal de périodes décanales se situerait à 8 tandis que le nombre maximal serait porté à 14 périodes hebdomadaires. La cheffe du DFJC a pris connaissance de cette proposition; nous sommes confiant-e-s quant au fait qu’elle en tiendra compte dans la proposition qu’elle fera elle-même au Conseil d’Etat.

Article paru dans la Lettre info n°42

Loi sur l'Enseignement Obligatoire - LEO

L'heure est au bilan de l’introduction complète de la LEO. Si les différentes mesures prévues dans les cycles primaires donnent globalement satisfaction, les modalités de fonctionnement de la Voie générale créent une situation insatisfaisante qui péjore gravement les conditions de travail des enseignant-e-s et d’apprentissage des élèves. Le comité enseignement s’est engagé dès le début pour contester certaines de ces modalités, car il craignait que celles-ci ne rendent la tâche des maître-sse-s de classe impossible, que les élèves les plus fragiles se heurtent à l’apprentissage de deux langues étrangères et que les dispositifs du Cadre général d’évaluation couplés à un système d’options trop compliqué paralysent le système.

Lire la suite ici